ACCUEIL ET NOUVEAUTÉS
(mise à jour : le 12/09/2006)

Recherchez dans:



HOMÈRE : Iliade

HOMÈRE : Odyssée

HÉSIODE : Théogonie Nouveau

THALÈS : (Grec, Anglais, Français)

ANAXIMANDRE : (Grec, Anglais, Français)

HÉRACLITE : (Grec, Anglais, Français)

PARMÉNIDE : (Grec, Anglais, Français)

ZÉNON : (Grec, Anglais, Français)

EMPÉDOCLE : (Grec, Anglais, Français)

ESCHYLE : Perses (interlinéaire)

PLATON : Criton

PLATON : Phèdre

PLATON : Euthyphron.

PLATON : Apologie de Socrate

EUCLIDE : Les Éléments

Dictionnaire des dieux

Page de liens

 

Homère (IX ou VIII siècle avant Jésus-Christ)


"Dis-moi, Muse, cet homme subtil qui erra si longtemps,
Ἄνδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα, πολύτροπον, ὃς μάλα πολλὰ
après qu'il eut renversé la citadelle sacrée de Troiè.
πλάγχθη, ἐπεὶ Τροίης ἱερὸν πτολίεθρον ἔπερσεν·" Odyssée (I,1) Homère
(En cliquant sur un mot grec, vous obtiendrez la traduction de celui-ci en français)

1) VIE D'HOMÈRE

2) L'ILIADE D'HOMÈRE (traduction de Leconte de Lisle)

Choisissez un chant dans l'Iliade :

Chant 1
À la suite de sa querelle avec Agamemnon, Achille doit se séparer de sa captive Briséis. Excédé, il se retranche dans son campement. Il ne veut plus combattre aux côtés des Achaiens. Il appelle sa mère Thétis. Celle-ci parvient à convaincre Zeus. Les Grecs, promet le roi des dieux, ne vaincront pas les Troiens avant d'avoir rétabli l'honneur d'Achille.

Chant 2
Après un rêve captieux envoyé par Zeus, Agamemnon décide de combattre en employant toutes ses forces. Catalogue de l'armée. Catalogue des Troiens rassemblés.

Chant 3
La réunion de l'armée. Pâris défie Ménélas. Une trêve intervient entre les deux armées. Du haut des murailles de Troie, Hélène désigne à Priam les chefs grecs. Duel entre Pâris et Ménélas. Pâris est sauvé par Aphrodite.

Chant 4
La trêve est rompue. La bataille s'engage à nouveau.

Chant 5
Les exploits de Diomède. Son combat contre Aphrodite. Blessée, la déesse saigne à la jambe.

Chant 6
Rencontre avec Glaucos. Hector se rend dans la ville et offre un cadeau à Athéna. Il va voir son frère Pâris, puis sa femme Andromaque.

Chant 7
Hector et Pâris combattent à nouveau. Duel d'Ajax et d'Hector. Une courte trêve est conclue pour l'enterrement des morts. Les Grecs entourent leur camp d'un mur et creusent au pied un fossé.

Chant 8
Sur le champ de bataille, les Troiens mettent en fuite les Grecs. Hector ne s'arrête qu'au fossé lorsque la nuit tombe.

Chant 9
Agamemnon envoie une ambassade à Achille, il lui offre la restitution de Briseis et diverses compensations. Achille demeure infléxible.

Chant 10
Expédition nocturne d'Ulysse et de Diomède.

Chant 11
Exploits d'Agamemnon. Il ressort blessé des combats. Diomède et d'Ulysse sont eux aussi touchés et doivent s'écarter de la mêlée. Achille envoie Patrocle pour s'enquérir de ce qui se passe.

Chant 12
Hector et les Troiens à sa suite prennent d'assaut le mur et atteignent les vaisseaux.

Chant 13
Profitant de l'inattention de Zeus, Poseidon aide secrètement les Grecs.

Chant 14
Hera réussit à endormir Zeus. Elle aide ensuite les Grecs.

Chant 15
Zeus est réveillé. Il redonne l'avantage aux Troiens. Les Grecs, et particulièrement Ajax, sont obligés de se défendre sur les bateaux.

Chant 16
Achille autorise Patrocle à combattre aux côtés des Grecs. Patrocle, revêtu des armes d'Achille, fait reculer les Troiens. Il tue Sarpédon, mais Hector le prend pour Achille et le tue.

Chant 17
Bataille autour du corps de Patrocle. Exploits de Ménélas.

Chant 18
Antilochus annonce à Achille la nouvelle de la mort de Patrocle. Thétis vient voir son fils, elle promet d'obtenir une nouvelle armure pour lui forgée par Héphaistos. Le bouclier d'Achille est décrit.

Chant 19
Réconciliation d'Achille et d'Agamemnon. La colère et la peine d'Achille. Il désire venger Patrocle.

Chant 20
Les dieux se mêlent à la bataille. Achille combat Enée et Hector, ils lui échappent.

Chant 21
Le fleuve Scamandre se déchaîne contre Achille qui est finalement sauvé par Héphaistos.

Chant 22
Hector est le seul à se dresser encore contre Achille. Leur combat autour de mur. Hector est massacré. Son cadavre est trainé derrière le char d'Achille.

Chant 23
Achille fait des funérailles grandioses à Patrocle. Jeux funéraires.

Chant 24
Priam vient chercher le corps d'Hector. Achille, touché par la douleur d'un père, accepte de le lui rendre. Obsèques d’Hector dans la ville de Troie.

Michaud, Louis-Gabriel, Biographie universelle ancienne et moderne (1843) 45 volumes (Tome 19).
HOMÈRE, le plus grand et peut-être le moins connu de tous les poètes. Après tant de siècles, tous les détails de sa vie sont encore un objet de doute, et son existence même est un problème. Les uns le font naître en Égypte, et lui donnent pour père Damagoras, et Echras pour mère : sa nourrice, fille d'Horus, prêtre d’Isis, est une prophétesse. II joue dans son lit avec neuf tourterelles, et les premiers accents de sa voix ressemblent au ramage de neuf espèces d'oiseaux. Les autres lui accordent une origine plus illustre encore ; mais tandis que ses partisans lui composent ces brillantes généalogies et le font descendre d'Apollon même en droite ligne, ses détracteurs ne voient en lui qu'un misérable, qui mendie de ville en ville ; un plagiaire, qui parcourt le monde pour rechercher les auteurs qui avaient écrit avant lui sur la guerre de Troie ; un esprit médiocre, facilement vaincu dans sa lutte poétique arec Hésiode, etc. La plus célèbre et la moins ridicule de ces histoires prétendues est celle que l'on a continué d'attribuer à Hérodote, malgré les doutes et les conjectures de plusieurs savants ; mais on a trouvé piquant, sans doute, que le père de l'histoire eût écrit la vie du père de la poésie, et 1es choses en sont restées là. Quoi qu'il en soit, puisque Strabon n'a pas dédaigné de se faire une autorité de ce roman historique, ni le savant Larcher de le traduire (voy. HÉRODOTE), nous croyons devoir en donner ici une analyse rapide. Un certain Ménalippe, Athénien d'origine, établi à Cumes, en Ionie, eut une fille nommée Crithéis, qui, après la mort de ses parents, passa sous la tutelle de Cléanax, ami de son père. Ce Cléanax abusa du dépôt qui lui était confié, et la grossesse de Crithéis s'étant manifestée, il la fit passer à Smyrne, où elle donna le jour à Homère, et fut réduite à filer de la laine pour subsister. Phémius, qui tenait à Smyrne une école très accréditée de belles-lettres et de musique, conçut de l'amour pour elle, l'épousa et adopta son enfant. Devenu orphelin, le jeune Homère succéda aux biens et à l'école de son père adoptif, et il s'acquit bientôt une grande réputation. Mais un patron de vaisseau, appelé Mentès, lui persuada de le suivre dans ses voyages. Homère, qui déjà méditait l’Iliade, et qui voulait acquérir par lui-même la connaissance des hommes et des lieux, ne laissa point échapper une si favorable occasion. Après avoir vu l'Italie et l'Espagne, il descendit à l'île d'Ithaque, où il apprit sur Ulysse beaucoup de particularités. Il voulut ensuite retourner à Smyrne, où il termina son Iliade. Mais la faveur publique l'avait abandonné. Il quitta de nouveau cette terre ingrate, et erra dans plusieurs villes de l'Asie Mineure, en récitant ses vers et en éprouvant tour a tour la bonne et la mauvaise fortune. Enfin il s'établit à Chio, où il ouvrit une école, acquit du bien, se maria, devint aveugle et père de deux filles. C'est dans cette retraite qu'il composa l’Odyssée ; mais ayant voulu passer en Grèce pour faire briller sa gloire sur un plus grand théâtre, il mourut dans la traversée, à l'île d'Ios, une des Sporades dont les habitants lui élevèrent un tombeau sur le bord de la mer. Si rien de tout cela n'est vrai, comme il est permis de le penser, rien du moins ne choque dans ce récit ; et si et n'est en effet qu'un roman, il a du moins un certain degré de vraisemblance. De toutes les villes qui se sont disputé le berceau d'Homère, Smyrne et Chio sont celles qui ont appuyé leurs prétentions des preuves les plus plausibles en apparence. Les citoyens de Chio se vantaient de posséder, dans la famille des Homérides, les descendants de ce poète illustre, et avaient frappé en son honneur une médaille qui représentait Homère et le fleuve Mélès sur les bords duquel on le disait né : de là le surnom de Mélésigène. Ce qu'il y a de plus probable, au milieu de tant d'opinions différentes, c'est qu'Homère avait vu le jour près de Smyrne, que sa vie fut errante, comme celle des poètes de son temps ; qu'il visita, dans de fréquents Voyages, les différentes villes grecques, composant des hymnes pour les fêtes des dieux, et récitant ses poèmes dansés assemblées religieuses et solennelles ; qu'il perdit la vue ; qu'il vécut pendant quelque temps à Chio, et qu'il mourut assez âgé dans la petite île d'Ios. Mais s'il fut réduit à l'indigence, et obligé même quelquefois de mendier un asile pendant sa vie, les Smyrnéens, Ptolémée Philopator et d'autres lui consacrèrent des temples après sa mort, et les Argiens lui rendirent des honneurs divins. L'époque où naquit ce grand poète n'est pas moins obscure. Si l'on en croit quelques écrivains grecs, il fut contemporain du siège de Troie, et avait vu par conséquent ce qu'il a chanté. D'autres placent sa naissance à une époque plus rapprochée de nous de quatre-vingts, de cent, et même de plus de trois cents ans. Velleius Paterculus, qui écrivait sur la fin du règne de Tibère, vers l'an 37 de J.-C., dit que neuf cent cinquante ans se sont écoulés depuis Homère jusqu'à lui. Pline et Juvénal, qui fleurirent sous Vespasien et Domitien, en comptent près de mille ; et Solin assigne avec une sorte d'assurance l'époque de la mort d'Homère, en la fixant à la soixante-douzième année qui suivit la prise de Troie. Dans ce conflit, ou plutôt dans ce chaos d'opinions diverses, le savant Larcher dont l'avis raisonné est une autorité en matière chronologique, établit un calcul en vertu duquel notre poète doit être né huit cent quatre-vingt-quatre ans avant notre ère ; et cette époque parait en effet plus conciliable avec les détails des arts brillants et somptueux d'un luxe très raffiné, qu'il nous retrace quelquefois, et qui semblent peu compatibles avec la grossièreté d'un siècle plus rapproché du temps de la guerre de Troie.